Les Chauves-souris Exposé CE2

La chauve-souris est un mammifère nocturne qui vole mais ce n’est pas un oiseau car elle n’a pas de plume et ne pond pas d’œuf.

La chauve-souris hiberne l’hiver dans des grottes très calme ou dans des caves elles s’accrochent par les pieds la tête en bas.

La chauve-souris s’alimente d’insectes ou de petits fruits.

La chauve-souris navigue au sonar. La chauve-souris localise l’obstacle grâce à l’ultra sons émis par sa gorge. L’information qu’elle reçoit est très précise.

Elles préfèrent la nuit:

1 car il y a moins de prédateurs ( sauf la chouette et le serpent).

2 car le soleil réchauffe leurs fines ailes (et les abîme).

3 car il y a plus de proies.

Les chauves-souris sont très utiles car elle mange les moustiques

Elle sont en danger car des pesticides mis dans les champs empoisonne leur nourriture.

Les chauves-souris ne s’appellent pas comme sa elle s’appellent les chiroptères.

Elles ont des dents pointues pour arracher leur nourriture.

Il ne faut ni les adopter ni les toucher car elles peuvent avoir la rage et ce sont des animaux sauvages.

https://nuitdelachouette.lpo.fr/docs/pdf/connaitre-chauves-souris.pdf

http://www.cmnf.fr/fichiers/docs/guide_cs_web.pdf

Dimanche à Saint Julien Les Rosiers

Dimanche improvisé aux avens du Lièvre, du Pont et la Baumarasse.
Le Lièvre c’est juste un trou qui se désescalade, rien de plus a voir. L’Aven du Pont est déjà plus intéressant. Outre une entrée verticale en bidon métallique, la descente propose de jolis volumes en descente, une mini-Fiagoux à 200m de Fiagoux. Au fond (environ -20) un petit lac avec des tubes (de mesure ?) installés par la CNRS (dixit les locaux). En charge ça doit gerber, la cavité complète est tapissée de feuilles de chêne, reste d’immersion.

Plus haut la Baumarasse. Une baume qui domine le Gravelongue. Belle entrée, des crapauds, des araignées et un gros serpent (toutes proportions gardées).

Plus loin des chasseurs nous ont fait comprendre que nous n’etions pas les bienvenus ici. Des hommes armés et avinés, nous sommes partis.

Fiche équipement – AVEN DE DARGILAN commune de Meyrueis (Lozère)

Suite à notre visite de cet aven, voici une fiche d’équipement utilisable, mais qui reste à réactualiser quand on aura touché le fond (au sens propre…).

En revenant par la route du col de Perjuret, ne pas rater une excellente brasserie artisanale… « Les brasseurs de la Jonte », avec terrasse au bord de la Jonte…

SITUATION
Causse Noir, commune de Meyrueis (Lozère). Cavité pointée sur la carte IGN  TOP 25 2641 OT (Millau, Gorges de la Dourbie, Causse Noir).
X : 682,95 Y : 3210,55 Y : 930

ACCÈS
De Meyrueis, sortir du village en direction de Lanuéjols (D986), au premier rond-point prendre à droite et monter sur le Causse Noir par la D 39, passer Sérigas puis, au point 940 (carrefour de la Pierre des Trois Évêques), tourner à droite sur la D 139 en direction de Dargilan. 1 km plus loin, juste au niveau des maisons du hameau de Dargilan, laisser les voitures et descendre dans une grande doline à gauche de la route, bien marquée.
Le gouffre s’ouvre à gauche, entre des falaises, par une grande diaclase moussue.

DESCRIPTION
Succession de puits en enfilade d’une diaclase, aboutissant à une salle concrétionnée.
Un R 5 puis une galerie boueuse mènent à – 130.
Après une escalade et/ou une chatière, la suite serait une série de puits remontant jusqu’à quelques mètres de la surface (jonction à la fumée ancienne). Données à réactualiser.

Fiche d’équipement / TOPO
AVEN DE DARGILAN

Naufrage à Dargilan 
http://www.scsp-ales.fr/?p=403

Aven Armédia

Sortie improvisée, décidée la veille, pas de topo, pas de fiche d’équipement, pas de 4×4 ! Erwan et moi, cette cavité n’est pas adaptée aux débutants.

Après avoir un peu frotté le dessous de la voiture sur les cailloux du DFCI nous arrivons à proximité de la cavité. Il fait très chaud à midi, nous nous équiperons là-bas. J’en profite pour oublier mes gants.

A 13h nous entrons. Dans le souvenir d’Erwan et les quelques récits de première main glanés de-ci de-là, une longue corde peut faire toute descente, on accroche donc une corde de 100m juste sous l’entrée. Une étroiture et ça descend. on arrive dans la diaclase, le puit commence ici. 45 mètre en colimaçon, très beau puit ! A mi-hauteur un passage remontant et boueux est « protégé » par une rubalise, de là on voit quelques concrétions transparentes et ça semble monter mais nous avons respecté le balisage.

La descente continue, on passe un gigantesque paire de fesse qui aurait plu à Georges Brassens, une grotte callipyge ! pour finir en araignée dans la grande salle. Il reste une petite dizaine de mètre de corde.

Un cheminement nous guide dans des recoins au concrétionnements extraordinaires, plafonds hérissés d’excentriques, spéléothèmes brillants. Ayant visité l’Aven de la Buse il y a peu, Armédia n’est pas beaucoup moins spectaculaire.

Nous filons ensuite vers le bas de la salle, nous glissons dans une petite salle et remontons une coulée de calcite qui devant être bien belle avant d’être découverte. Un corde permet de monter, elle est très abimée. De nombreux goujons dépassent sur le sol en pente glissante, il y a moyen de se faire très mal, la prudence est de mise. Après cette escalade éprouvante on redescend, une autre corde pas jolie est en place, on équipe avec une corde de confiance. On se glisse entre deux très belles draperies et dans une étroiture descendante un peu serrée pour mon gabarit, je me déséquipe. La corde file et moyennant quelques dev on atteint la salle du lac.

Une épaisse couche de boue lourde et collante nous accueille. Le plafond est magnifique et face au lac quelques concrétions d’une blancheur extrême détonnent dans ce grand volume sombre.

La remontée est difficile, ça glisse ! Erwan déséquipe.

Arrivé le premier en haut du puit, j’explore un peu et trouve une suite en face de la sortie (je n’ai rien découvert mais on avait pas de topo). Erwan arrive.

Là se trouve une petite salle concrétionnée dont le plancher s’est effondré. Une galerie part à droite pour devenir un grand et magnifique puit. Nous nous sommes juste approchés du bord, une main-courante le contourne et monte dans la cheminée qui surplombe.

Un peu lessivé nous sortons. Il a plu. J’aide Erwan à extraire le kit qu’il se traine depuis le fond et qui est bien lourd. Fatigués mais heureux, les mains en vrac pour ma part !

Au retour nous avons profité de la présence de la Cèze pour tout nettoyer.

Naufrage à Dargilan

Bon, j’abuse un peu mais quiconque me connait sait que la demi-mesure pas plus que la mesure, ne sont dans mes cordes. Ni dans mes mousquetons… Je m’explique.

14 juillet, bleu blanc rouge, veille de finale de coupe du monde de foot, samedi, Manuella, Patrice, Jean-Pierre et moi filons sur le Causse Noir pour aller DANS le Causse Noir. Nous nous arrêtons au bord d’une superbe doline à quelques centaines de mètres de l’entrée de la très jolie mais très touristique grotte de Dargilan. En fait nous sommes à Dargilan !  Autour de nous moultes pécoles indiquent la présence de bestioles cornues. Un déjeuner vite avalé nous filons vers une très belle entrée, l’aven de Dargilan !

Au bas du premier puit des ossements et des déchets, évidemment.

Nous sommes dans une superbe faille.

Après 4 puits nous arrivons dans une salle un peu plus large que tout ce que nous avons traversé jusqu’ici et qui donne sur un puit de 52 mètres permettant d’atteindre le fond de la cavité à la côte -130. Je compte les mousquifs… On en a pas assez. On remonte.

OK c’est moche, hein ? j’ai préparé, enkitté les cordes, imprimé la topo, rêvé ce trou et comme un gros *** je n’ai pas emmené assez de mousquetons… Je ne recommencerai plus.

Un renard a du bien bien en chier, à -80 il ne reste plus qu’une peau de renard sur un squelette de renard.

Jean-Pierre montre la voie.

Une bière bien fraîche à la brasserie de la Jonte, au bord de l’eau avec un chat nous consolera sur le retour…