Jeudi pas de diner en amoureux sauf si ce sont des amoureux de la spéléologie car c’est le jour de notre réunion mensuelle ! Ce sera comme d’habitude à Tamaris à 20h30.

Ordres du jour ( dans le désordre )

  • Invention de Clément
  • Subventions mairie
  • Mur d’escalade
  • Parcours Méjannes-le-Clap

Local de l’OMS – Tamaris à ALES dans le Gard.

La grotte des Trois ours ou grotte de Seynes

La météo s’annonçait exécrable, froide et pluvieuse, freinant nos ardeurs de terrain.

Mais la veille, les prévisions se faisaient plus clémentes, au moins pour la première moitié de la journée, aussi, Erwan et moi, Clément n’ayant pas pu venir, décidions d’aller dans cette grotte pour refaire de l’équipement.

Nous avions programmé cette sortie à plusieurs reprises en 2018, mais nous n’avions pas pu la concrétiser, suite chaque fois à un contretemps.

Aujourd’hui c’est la bonne et nous voilà arpentant la longue marche d’approche ascendante de presque 3 km, pour arriver sous les falaises du Mont Bouquet à cette fameuse cavité.

Une rapide visite des grands volumes, de la deuxième entrée, un aperçu sur quelques chauve-souris (sans doute rhinolophes) et nous nous attaquons à l’objectif de la sortie, compléter l’équipement du « colossal » P 10 de la cavité.

On plante 2 spits pour parfaire la main courante et la tête de puits, évitant ainsi l’amarrage naturel stalagmitique qui faisait que la corde traversait le couloir d’accès au puits, source de pépins possibles. On plante un spit de fractio plein gaz à -6 pour éviter un frottement fâcheux situé au début du puits et on s’entraîne au nœud de Mickey. Mais on ne retrouve plus comment faire un nœud de fusion…

Bel exercice de mémoire, à conseiller en prévention de l’Alzheimer…

Repas frugal puis redescente par le chemin de l’aller avant que la pluie nous rejoigne, après on s’en fiche, on est dans la voiture…

On dispose maintenant d’une belle cavité de découverte et d’initiation pour les débutants, proche d’Alès. La marche d’approche est un peu longue mais le sentier en balcon nous récompense par une vue panoramique sur les environs et le village de Seynes.

Jean-Pierre

Les Chauves-souris Exposé CE2

La chauve-souris est un mammifère nocturne qui vole mais ce n’est pas un oiseau car elle n’a pas de plume et ne pond pas d’œuf.

La chauve-souris hiberne l’hiver dans des grottes très calme ou dans des caves elles s’accrochent par les pieds la tête en bas.

La chauve-souris s’alimente d’insectes ou de petits fruits.

La chauve-souris navigue au sonar. La chauve-souris localise l’obstacle grâce à l’ultra sons émis par sa gorge. L’information qu’elle reçoit est très précise.

Elles préfèrent la nuit:

1 car il y a moins de prédateurs ( sauf la chouette et le serpent).

2 car le soleil réchauffe leurs fines ailes (et les abîme).

3 car il y a plus de proies.

Les chauves-souris sont très utiles car elle mange les moustiques

Elle sont en danger car des pesticides mis dans les champs empoisonne leur nourriture.

Les chauves-souris ne s’appellent pas comme sa elle s’appellent les chiroptères.

Elles ont des dents pointues pour arracher leur nourriture.

Il ne faut ni les adopter ni les toucher car elles peuvent avoir la rage et ce sont des animaux sauvages.

https://nuitdelachouette.lpo.fr/docs/pdf/connaitre-chauves-souris.pdf

http://www.cmnf.fr/fichiers/docs/guide_cs_web.pdf

Dimanche à Saint Julien Les Rosiers

Dimanche improvisé aux avens du Lièvre, du Pont et la Baumarasse.
Le Lièvre c’est juste un trou qui se désescalade, rien de plus a voir. L’Aven du Pont est déjà plus intéressant. Outre une entrée verticale en bidon métallique, la descente propose de jolis volumes en descente, une mini-Fiagoux à 200m de Fiagoux. Au fond (environ -20) un petit lac avec des tubes (de mesure ?) installés par la CNRS (dixit les locaux). En charge ça doit gerber, la cavité complète est tapissée de feuilles de chêne, reste d’immersion.

Plus haut la Baumarasse. Une baume qui domine le Gravelongue. Belle entrée, des crapauds, des araignées et un gros serpent (toutes proportions gardées).

Plus loin des chasseurs nous ont fait comprendre que nous n’etions pas les bienvenus ici. Des hommes armés et avinés, nous sommes partis.

Fiche équipement – AVEN DE DARGILAN commune de Meyrueis (Lozère)

Suite à notre visite de cet aven, voici une fiche d’équipement utilisable, mais qui reste à réactualiser quand on aura touché le fond (au sens propre…).

En revenant par la route du col de Perjuret, ne pas rater une excellente brasserie artisanale… « Les brasseurs de la Jonte », avec terrasse au bord de la Jonte…

SITUATION
Causse Noir, commune de Meyrueis (Lozère). Cavité pointée sur la carte IGN  TOP 25 2641 OT (Millau, Gorges de la Dourbie, Causse Noir).
X : 682,95 Y : 3210,55 Y : 930

ACCÈS
De Meyrueis, sortir du village en direction de Lanuéjols (D986), au premier rond-point prendre à droite et monter sur le Causse Noir par la D 39, passer Sérigas puis, au point 940 (carrefour de la Pierre des Trois Évêques), tourner à droite sur la D 139 en direction de Dargilan. 1 km plus loin, juste au niveau des maisons du hameau de Dargilan, laisser les voitures et descendre dans une grande doline à gauche de la route, bien marquée.
Le gouffre s’ouvre à gauche, entre des falaises, par une grande diaclase moussue.

DESCRIPTION
Succession de puits en enfilade d’une diaclase, aboutissant à une salle concrétionnée.
Un R 5 puis une galerie boueuse mènent à – 130.
Après une escalade et/ou une chatière, la suite serait une série de puits remontant jusqu’à quelques mètres de la surface (jonction à la fumée ancienne). Données à réactualiser.

Fiche d’équipement / TOPO
AVEN DE DARGILAN

Naufrage à Dargilan 
http://www.scsp-ales.fr/?p=403