Grotte Callisto !

Ce vendredi, levé bien trop tôt je décidais d’aller voir dans les collines vers ******* si j’y étais. Après moultes griffades et branches dans les yeux je renonçais. J’allais rejoindre le ruisseau au fond du valat pour retourner à la civilisation et ses malheurs.

Sautant une faïsse, je fus attiré par… Par je ne sais quoi. Me penchant, je découvris sous les rochers un petit trou qui semblait se prolonger quelque peu. Je décidai de gratter, j’avais une intuition.
Prévenant Erwan je rentrais me sustenter.

En début d’après-midi ce renfort nous permit de bouger quelques dizaines de kilos de pierre de faire apparaitre un orifice, de l’élargir et de finalement s’y engager, Erwan en premier, je le suivi.
Dans la cavité quelques métas, de nombreuses scutigères, 3 grands rhinolophes, un mur bâti, un crâne et un fémur humain… Rien que de très normal… Attendez, quoi ? des restes humains ?

Emus nous ressortons et rebouchons maladroitement le trou.
Le dimanche, sous la pluie, Manuella me rejoignit pour quelques mesures en vue d’une première topographie sommaire.
Le soir même je prévenais Michel qui se déplaça dès le lendemain, Erwan se joignit à nous. Il confirma que la grotte était encore inconnue et son intérêt archéologique, le soir même la DRAC était prévenue.

J’ai nommé la grotte Callisto, du prénom de ma fille, d’une nymphe grecque et du 4ème satellite de Jupiter.

Clément

Grotte des camisards de Rochegude

Vendredi je suis allé avec Jean-Vincent à Rochegude voir la grande grotte des camisards. Sur le chemin nous sommes tombés sur une autre grotte avec un mur au niveau de son entrée, De retour chez moi, j’ai ressorti le livre de claude Viala mais elle n’y était pas répertoriée… nous n’en saurons pas plus dommage.

PS : Son livre de 2005 est disponible pour 10 euros à la librairie Jean Calvin à Alès appelez avant pour confirmer (par contre si vous chercher le livre des cavités majeures de Méjannes le clap ou celui de du bois de Païolive il faut s’adresser directement à l’association )

Jeudi pas de diner en amoureux sauf si ce sont des amoureux de la spéléologie car c’est le jour de notre réunion mensuelle ! Ce sera comme d’habitude à Tamaris à 20h30.

Ordres du jour ( dans le désordre )

  • Invention de Clément
  • Subventions mairie
  • Mur d’escalade
  • Parcours Méjannes-le-Clap

Local de l’OMS – Tamaris à ALES dans le Gard.

La grotte des Trois ours ou grotte de Seynes

La météo s’annonçait exécrable, froide et pluvieuse, freinant nos ardeurs de terrain.

Mais la veille, les prévisions se faisaient plus clémentes, au moins pour la première moitié de la journée, aussi, Erwan et moi, Clément n’ayant pas pu venir, décidions d’aller dans cette grotte pour refaire de l’équipement.

Nous avions programmé cette sortie à plusieurs reprises en 2018, mais nous n’avions pas pu la concrétiser, suite chaque fois à un contretemps.

Aujourd’hui c’est la bonne et nous voilà arpentant la longue marche d’approche ascendante de presque 3 km, pour arriver sous les falaises du Mont Bouquet à cette fameuse cavité.

Une rapide visite des grands volumes, de la deuxième entrée, un aperçu sur quelques chauve-souris (sans doute rhinolophes) et nous nous attaquons à l’objectif de la sortie, compléter l’équipement du « colossal » P 10 de la cavité.

On plante 2 spits pour parfaire la main courante et la tête de puits, évitant ainsi l’amarrage naturel stalagmitique qui faisait que la corde traversait le couloir d’accès au puits, source de pépins possibles. On plante un spit de fractio plein gaz à -6 pour éviter un frottement fâcheux situé au début du puits et on s’entraîne au nœud de Mickey. Mais on ne retrouve plus comment faire un nœud de fusion…

Bel exercice de mémoire, à conseiller en prévention de l’Alzheimer…

Repas frugal puis redescente par le chemin de l’aller avant que la pluie nous rejoigne, après on s’en fiche, on est dans la voiture…

On dispose maintenant d’une belle cavité de découverte et d’initiation pour les débutants, proche d’Alès. La marche d’approche est un peu longue mais le sentier en balcon nous récompense par une vue panoramique sur les environs et le village de Seynes.

Jean-Pierre

Les Chauves-souris Exposé CE2

La chauve-souris est un mammifère nocturne qui vole mais ce n’est pas un oiseau car elle n’a pas de plume et ne pond pas d’œuf.

La chauve-souris hiberne l’hiver dans des grottes très calme ou dans des caves elles s’accrochent par les pieds la tête en bas.

La chauve-souris s’alimente d’insectes ou de petits fruits.

La chauve-souris navigue au sonar. La chauve-souris localise l’obstacle grâce à l’ultra sons émis par sa gorge. L’information qu’elle reçoit est très précise.

Elles préfèrent la nuit:

1 car il y a moins de prédateurs ( sauf la chouette et le serpent).

2 car le soleil réchauffe leurs fines ailes (et les abîme).

3 car il y a plus de proies.

Les chauves-souris sont très utiles car elle mange les moustiques

Elle sont en danger car des pesticides mis dans les champs empoisonne leur nourriture.

Les chauves-souris ne s’appellent pas comme sa elle s’appellent les chiroptères.

Elles ont des dents pointues pour arracher leur nourriture.

Il ne faut ni les adopter ni les toucher car elles peuvent avoir la rage et ce sont des animaux sauvages.

https://nuitdelachouette.lpo.fr/docs/pdf/connaitre-chauves-souris.pdf

http://www.cmnf.fr/fichiers/docs/guide_cs_web.pdf

Dimanche à Saint Julien Les Rosiers

Dimanche improvisé aux avens du Lièvre, du Pont et la Baumarasse.
Le Lièvre c’est juste un trou qui se désescalade, rien de plus a voir. L’Aven du Pont est déjà plus intéressant. Outre une entrée verticale en bidon métallique, la descente propose de jolis volumes en descente, une mini-Fiagoux à 200m de Fiagoux. Au fond (environ -20) un petit lac avec des tubes (de mesure ?) installés par la CNRS (dixit les locaux). En charge ça doit gerber, la cavité complète est tapissée de feuilles de chêne, reste d’immersion.

Plus haut la Baumarasse. Une baume qui domine le Gravelongue. Belle entrée, des crapauds, des araignées et un gros serpent (toutes proportions gardées).

Plus loin des chasseurs nous ont fait comprendre que nous n’etions pas les bienvenus ici. Des hommes armés et avinés, nous sommes partis.