Fiche équipement – AVEN DE DARGILAN commune de Meyrueis (Lozère)

Suite à notre visite de cet aven, voici une fiche d’équipement utilisable, mais qui reste à réactualiser quand on aura touché le fond (au sens propre…).

En revenant par la route du col de Perjuret, ne pas rater une excellente brasserie artisanale… « Les brasseurs de la Jonte », avec terrasse au bord de la Jonte…

SITUATION
Causse Noir, commune de Meyrueis (Lozère). Cavité pointée sur la carte IGN  TOP 25 2641 OT (Millau, Gorges de la Dourbie, Causse Noir).
X : 682,95 Y : 3210,55 Y : 930

ACCÈS
De Meyrueis, sortir du village en direction de Lanuéjols (D986), au premier rond-point prendre à droite et monter sur le Causse Noir par la D 39, passer Sérigas puis, au point 940 (carrefour de la Pierre des Trois Évêques), tourner à droite sur la D 139 en direction de Dargilan. 1 km plus loin, juste au niveau des maisons du hameau de Dargilan, laisser les voitures et descendre dans une grande doline à gauche de la route, bien marquée.
Le gouffre s’ouvre à gauche, entre des falaises, par une grande diaclase moussue.

DESCRIPTION
Succession de puits en enfilade d’une diaclase, aboutissant à une salle concrétionnée.
Un R 5 puis une galerie boueuse mènent à – 130.
Après une escalade et/ou une chatière, la suite serait une série de puits remontant jusqu’à quelques mètres de la surface (jonction à la fumée ancienne). Données à réactualiser.

Fiche d’équipement / TOPO
AVEN DE DARGILAN

Naufrage à Dargilan 
http://www.scsp-ales.fr/?p=403

Aven Armédia

Sortie improvisée, décidée la veille, pas de topo, pas de fiche d’équipement, pas de 4×4 ! Erwan et moi, cette cavité n’est pas adaptée aux débutants.

Après avoir un peu frotté le dessous de la voiture sur les cailloux du DFCI nous arrivons à proximité de la cavité. Il fait très chaud à midi, nous nous équiperons là-bas. J’en profite pour oublier mes gants.

A 13h nous entrons. Dans le souvenir d’Erwan et les quelques récits de première main glanés de-ci de-là, une longue corde peut faire toute descente, on accroche donc une corde de 100m juste sous l’entrée. Une étroiture et ça descend. on arrive dans la diaclase, le puit commence ici. 45 mètre en colimaçon, très beau puit ! A mi-hauteur un passage remontant et boueux est « protégé » par une rubalise, de là on voit quelques concrétions transparentes et ça semble monter mais nous avons respecté le balisage.

La descente continue, on passe un gigantesque paire de fesse qui aurait plu à Georges Brassens, une grotte callipyge ! pour finir en araignée dans la grande salle. Il reste une petite dizaine de mètre de corde.

Un cheminement nous guide dans des recoins au concrétionnements extraordinaires, plafonds hérissés d’excentriques, spéléothèmes brillants. Ayant visité l’Aven de la Buse il y a peu, Armédia n’est pas beaucoup moins spectaculaire.

Nous filons ensuite vers le bas de la salle, nous glissons dans une petite salle et remontons une coulée de calcite qui devant être bien belle avant d’être découverte. Un corde permet de monter, elle est très abimée. De nombreux goujons dépassent sur le sol en pente glissante, il y a moyen de se faire très mal, la prudence est de mise. Après cette escalade éprouvante on redescend, une autre corde pas jolie est en place, on équipe avec une corde de confiance. On se glisse entre deux très belles draperies et dans une étroiture descendante un peu serrée pour mon gabarit, je me déséquipe. La corde file et moyennant quelques dev on atteint la salle du lac.

Une épaisse couche de boue lourde et collante nous accueille. Le plafond est magnifique et face au lac quelques concrétions d’une blancheur extrême détonnent dans ce grand volume sombre.

La remontée est difficile, ça glisse ! Erwan déséquipe.

Arrivé le premier en haut du puit, j’explore un peu et trouve une suite en face de la sortie (je n’ai rien découvert mais on avait pas de topo). Erwan arrive.

Là se trouve une petite salle concrétionnée dont le plancher s’est effondré. Une galerie part à droite pour devenir un grand et magnifique puit. Nous nous sommes juste approchés du bord, une main-courante le contourne et monte dans la cheminée qui surplombe.

Un peu lessivé nous sortons. Il a plu. J’aide Erwan à extraire le kit qu’il se traine depuis le fond et qui est bien lourd. Fatigués mais heureux, les mains en vrac pour ma part !

Au retour nous avons profité de la présence de la Cèze pour tout nettoyer.

Naufrage à Dargilan

Bon, j’abuse un peu mais quiconque me connait sait que la demi-mesure pas plus que la mesure, ne sont dans mes cordes. Ni dans mes mousquetons… Je m’explique.

14 juillet, bleu blanc rouge, veille de finale de coupe du monde de foot, samedi, Manuella, Patrice, Jean-Pierre et moi filons sur le Causse Noir pour aller DANS le Causse Noir. Nous nous arrêtons au bord d’une superbe doline à quelques centaines de mètres de l’entrée de la très jolie mais très touristique grotte de Dargilan. En fait nous sommes à Dargilan !  Autour de nous moultes pécoles indiquent la présence de bestioles cornues. Un déjeuner vite avalé nous filons vers une très belle entrée, l’aven de Dargilan !

Au bas du premier puit des ossements et des déchets, évidemment.

Nous sommes dans une superbe faille.

Après 4 puits nous arrivons dans une salle un peu plus large que tout ce que nous avons traversé jusqu’ici et qui donne sur un puit de 52 mètres permettant d’atteindre le fond de la cavité à la côte -130. Je compte les mousquifs… On en a pas assez. On remonte.

OK c’est moche, hein ? j’ai préparé, enkitté les cordes, imprimé la topo, rêvé ce trou et comme un gros *** je n’ai pas emmené assez de mousquetons… Je ne recommencerai plus.

Un renard a du bien bien en chier, à -80 il ne reste plus qu’une peau de renard sur un squelette de renard.

Jean-Pierre montre la voie.

Une bière bien fraîche à la brasserie de la Jonte, au bord de l’eau avec un chat nous consolera sur le retour…

Croque la Roquette

Aaaah, la spéléo, ses étroitures, ses puits, ses difficultés… Pas aujourd’hui ! Aujourd’hui c’est dimanche et Isabelle veut découvrir notre activité. Jean-Vincent nous rejoint. Manuella et moi serons les guides.

Du coup il nous faut une cavité cool, sympa, facile… Et hop, direction Conqueyrac et la Roquette. Passons sur la légende selon laquelle Richard Coeur de Lion est passé par là, oublions le Vidourle souterrain et la topo mal orientée, profitons d’une traversée à la portée de nouveaux spéléologues.

On est pas loin de la route, on trouve la fraicheur au fond d’un puit. Equiper le puit est très facile, pas de fractio, pas de piège. Le puit est joli ! 

Les étroitures ne sont pas méchantes mais quand c’est la première fois pas besoin de passer dans un chas d’aiguille, les concrétions sont abiméesmais les volumes sont jolis, pas de difficultés, juste du plaisir.

A la fraicheur de l’intérieur de la planète succède la chaleur du mois de juin, les sourires attestent de la réussite de la sortie. Manuella est une initiatrice de grande patience et nos jeunes peuvent en attester.

Aven de la Barelle

Le Causse Méjean est le plus bel endroit de la Terre. Je suppose que son sous-sol doit être à l’avenant…

C’est pour vérifier cette assertion que nous sommes allés, en ce venteux dimanche, à l’Aven de la Barelle, Manuella, Patrice et moi. C’est un drive-in, le « parking » est grassement herbeux et s’y préparer est très agréable. A 100m de là se trouve superbe entrée de la cavité.

A l’entrée, pour le ressaut et le puit de 11m qui suit une corde de 25m est parfaite.

Un joli méandre emmène à un magnifique puit de 14m, Comptez 25m là aussi.

De là quelques mètres à quatre pattes et un ressaut glissant et c’est un P33 qui apparait, un grand volume. Une main courante vers la gauche, 4 points et la tête de puit, un fractio malaisé en face et la descente continue jusqu’à la côte -86. Une corde de 60m est bienvenue. Il pleut ici et l’eau coule sur les parois, il fait froid. En aval de la salle un passage bas, très bas, trop bas file. Les pluies ont emmené trop de caillasses pour qu’on puisse passer et désober serait un trop gros travail.

On remonte. Des graines ont trouvé un chemin vers l’obscurité et quelques arachnides vivent ici.

Je dois confesser un peu de frustration de n’avoir pu aller plus loin. On a fait de la verticale. Pas de concrétions ici. Le lieu est idyllique, les puits sont beaux mais il a manqué un truc.

Nous sommes descendus à Meyrueis boire une bière et sommes montés sur le Causse Noir pour chercher l’Aven de Dargilan dont Jean-Pierre B. m’avait parlé lors d’une réunion précédente.  Juste au sud du hameau éponyme, au fond d’une verte doline, une entrée magnifique sous les frênes avec les cloches des brebis en fond. A suivre…

 

Réunion du club.

Bonjour à toutes et à tous, ce jeudi 14 juin aura lieu notre réunion mensuelle, toujours à 20h30 et toujours à Tamaris dans les locaux de l’OMS !

Nous en reparlerons mais dimanche prochain 17 juin nous allons voir à quoi ressemble l’intérieur du Causse Méjean à l’Aven de la Barelle !

A jeudi !

Votre humble et modeste secrétaire, Clément

Chacun sa buse comme il peut

(Ce compte rendu n’est pas le mien mais celui de Patrice)
8 heures sonnent dans la cité alésienne. Au pied des arènes, une sangle mal (ou plutôt bien) coincée dans la fermeture du coffre d’Erwan permet de faire un 1er test d’étroiture. Il arrive finalement à s’ouvrir pour charger tout le matos. Top départ pour rejoindre Barjac, et quelques kilomètres + loin, un grand parking, idéal pour étaler moustifs & plaquettes, lancer cordes et charger dans le bon ordre les kits du jour.
Direction le fossé de la route jusqu’à LA buse. Buse qui a donné son nom à la cavité découverte juste à proximité lors de sa pose.
Pif, pof, pouf, quelques pas (et mains) en désescalade et j’installe mon descendeur sur la corde mise en place par Clément. Le tout petit passage un peu + bas me fait comprendre le temps que Manuella et Clément ont consacré la fois précédente à déterminer que c’était lui qui permettait d’accéder à la suite du réseau.

Etroiture, laminoir, main courante, descente sur dalle nous permettent de rejoindre la fameuse étroiture en S. S comme Si Sélective et Surtout Sans baudar. Baudar à remettre prudemment à sa sortie car au-dessus d’un ressaut de quelques mètres.

Au pied, c’est l’heure du repas. Les mœurs de certains sont parfois surprenantes… Chips et boîte de maquereaux bien huileuse, faut oser…
La fraicheur venant, sitôt nos victuailles ingérées, nous voilà repartis pour traverser la Grande Salle. Une main courante montante en slalom sur le haut nous fait passer via une lucarne dans une autre salle.
Une 1ère vue sur Yohan qui joue au pendule sur une corde déjà en place suivie d’une dizaine, non vingtaine de « c’est impressionnant » de Manuella et enfin un « je préfère vous attendre là » d’Erwan me mettent en conditions pour la montée vers le réseau supérieur…
Certes, il y a de la hauteur et quelques fractios nécessitant l’autonomie sur cordes mais à l’arrivée, le sentiment de faire partie des privilégiés qui ont la chance de découvrir ces myriades de concrétions dont les formes, la finesse, la transparence offrent un côté magique au décor qui se présente à mes yeux.
Après le temps de la contemplation, vient celui de la descente, de la remontée, de la redescente et de la re-remontée jusqu’à la sortie en attendant Clément, équipeur et déséquipeur du jour.
Merci au SCSP de m’avoir pris avec vous pour me faire découvrir cette chouette cavité 🙂
—–
Patrice BENOIT

La cavité de la buse

Enfin  j’allais savoir… J’allais savoir ce qui se cachait derrière la trappe de l’entrée de la cavité de la Buse. Je l’avais en tête depuis quelques années, depuis que Michel m’en avait parlé au détour d’une conversation. Pas moyen jusqu’à maintenant de la mettre au programme spéléo. J’ai demandé des renseignements ; on m’a parlé de grandes verticales, d’étroitures féroces, mais à quoi ressemble-t-elle, quelle est sa morphologie, son squelette ? Mystère…

Et là il y avait une date, le dimanche 20 mai 2018 et il y avait des comparses. Ce furent Erwan, Clément, Yohan et Patrice.

Pas de marche d’approche, une petite désescalade en opposition suivi d’une étroiture qu’on avait déjà localisée lors d’une précédente tentative d’exploration quelques semaines auparavant avec Clément. Mais cette fois-ci nous avions fait le plein de cordes et de mousquetons pour ne pas être pris par le dépourvu et par le premier puits de 18 mètres. Ce fut Clément au commande de l’équipement.

Quelques méandres plus loin, une chatière et la fameuse étroiture avec le passage de kits. Un repas fut pris, sur la lancée, dans «la grande salle ». Puis des grands volumes, le saut dans le vide pour se frotter au puits de 54 mètres, les « qu’est ce que je fous là » lorsque prise par mon appréhension habituelle des puits je me décidais à penduler après avoir bien vérifié mon accrochage à cette « satanée corde » que je vénère bien sûre…  et le réseau supérieur avec ces superbes sculptures de calcites.

Puis la descente du puits, l’aide psycho-phylo-socio-logique et oui je dis bien psycho-phylo-socio-logique de Yohan face à cette corde très filante, et ce fut le retour sur terre sous terre.

Puis, un début d’équipement de la vire permettant l’accès à la « salle du chat », un coup de fatigue de notre équipeur, une chute de la poignée et nous disons stop à cette belle virée souterraine. Encore quelques coups de main réciproques au retour et nous redescendons la trappe d’entrée de la cavité de la buse.

Affaire à suivre…

Manuella

 

Aven de la Buse commune de Montclus – GARD

On prépare les kits, on enfile les baudriers, je me demande ce que Yohan fait il est encore en Tongs, il nous parle de la sauce de sa boite de maquereaux, mais à peine le temps de tourner la tête qu’il est déjà équipé. C’est parti.
Petite descente tranquille, je suis le groupe, plusieurs possibilités de chemins, heureusement Clément et Vanina ont déjà repéré la voie. Patrice, qui ferme le groupe, me récapitule certaines règles de sécurités de spéléo non avancées qui me font encore défaut. Les petits temps d’attente des uns des autres s’accumulent jusqu’au dernier, les premiers ont le temps de se refroidir, le groupe avance en accordéon.
Je mémorise, le cordes et obstacles à franchir, pour le retour. C’est déjà glaiseux et j’ai réussi à me mouiller dans 3 cm d’eau, il y a de belles cristallisations et excentriques parsemées sur le parcours.

je crois que Yohan à l’habitude de manger à midi tapante chez lui, il est 12h02 on est dans une grande salle on mange.

On repart assez rapidement, il faut remonter de l’autre coté de la grande salle pour accéder à un passage, avant de redescendre pour accéder au P54? qui mène au réseau haut. Après avoir vu Yohan puis Manuella (« C’est impressionnant ») se balancer de façon assez spectaculaire lors de cette remontée, j’ai regardé sur la topo pour faire le point des difficultés à venir, Je compte les fractionnements, vires, ça va faire beaucoup pour moi, et il reste d’autres choses à voir et il y a aussi le retour.
Je décide de rester là, je laisse passer Patrice qui lui arrive à remonter ce puits de façon plus conventionnelle que ses prédécesseurs
J’ai gardé l’appareil photo, je ne verrai pas le réseau haut ni les photos qu’ils auraient pu faire, C’est donc moi qui m’en servirai.

A peine le temps de faire 3 photos que j’entends déjà Clément revenir.

Le petit groupe se rassemble, certains plus fatigués que d’autres, c’est le chemin du retour sans passer par la salle du chat.

Sortie 18h15 pour les premiers.
Le nettoyage du matériel n’est pas une préoccupation. Tout le monde en a bien profité.