SCSP-LEAK Saint André de Valborgne ( Échange de mails privés publiés sans l’accord de Michel.W )

FROM ERWAN TO MICHEL.W

Salut Michel,
j’espère que tu te remets de ton séjour à Alès et que tu as pu rentrer chez toi. Avec ma petite famille on a loué un gite deux nuits mercredi et jeudi vers Saint-André de-Valborgne au Pomaret,

On s’est baladé un peu dans les environs mais aussi chez les propriétaires qui m’avait parlé d’un problème de source d’eau qui se serait déviée, que les « anciens » utilisaient des « gourdes » creusées dans la montagne et qu’une queue de renard(???) aurait bouché un conduit.

J’avais lu que Borgnhia voulait dire cavité d’où sort les sources en occitan d’où le nom Saint André de Valborgne (SADV) mais une fois sur place cela m’a fait pensé à une ancienne mine ( mais je ne leur ai rien dit sans avoir ton avis ) Il n’y a rien de pointé au POMARET sur Vmap mais peut être que dans tes archives…

J’ai vu deux trous :

– Le premier c’est la photo Entrée1.jpg de belle réalisation en pierre de schiste (si je ne me trompe pas) d’une longueur de 25-30 mètres avec trois petits murets qui devaient retenir l’eau pour finir sur un puits vertical remontant ( possibilités de suite en haut ) ce qui me fait penser que c’était pour sortir du minerai et pas pour chercher de l’eau.

– Le deuxième semble être dans le même alignement mais plus haut dans la montagne ( mais pas très loin) Il est creusé à même la terre ( Entrée2.jpg ) a été dégagé, débroussaillé, par le propriétaire car il s’est dit qu’il y aurait peut être de l’eau.
La galerie est moins longue ( 8 mètres au pif ) et fini par un mur ( on dirait du ciment ). ( photo culdesac.jpg ) je pense à une galerie de mine condamnée.

Entrée
Cul de sac

Si tu as des infos ce serait super et si tu penses qu’il faut se renseigner plus ce serait super aussi, les propriétaires sont sympa et curieux d’avoir des informations ( et moi aussi ).
Bonne soirée.Et bientôt Erwan ++

REPLY FROM MICHEL.W TO ERWAN

Avé Erwan,

Mon petit stage du côté de la route de Salindres est terminé, heureusement, du moins j’espère. Dès le lendemain de mon retour (= hier !) nous sommes partis à Leucate comme chaque été.

J’identifie bien le site de Pomaret, 3 km et demi avant St André. Les publications du 19ème siècle y signalent  une source ferrugineuse connue sous le nom de Fònt de santat (source de santé) qui attirait certains jours plusieurs dizaines de personnes au début du 19èmr siècle ! N’es-tu pas tombé sur les aménagements de ce site signalé dans le valat du Lauzert, soit ~500 m en amont de Pomaret ? En tous cas les vieux doivent avoir un souvenir de cette époque en tradition orale et t’indiquer la localisation de ladite source.

In : STATISTIQUE GÉOLOGIQUE, MINÉRALOGIQUE, MÉTALLURGIQUE ET PALEONTOLOGIQUE DU DEPARTEMENT DU GARD par Emilien DUMAS. Deuxieme partie. A PARIS chez ARTHUS BERTRAND, 1876. P 32

Dans la commune de Saint-André-de-Valborgne, il existe près de Pomaret une petite source minérale, connue sous le nom de Font de Santé dont Montet, préparateur du célèbre Venel, professeur de chimie à Montpellier, a donné dans le temps une analyse détaillée9 . Il indique cette source comme thermale, mais la température, prise au mois de mai dans le sein même de la source, indiquait 11°25 centigrades. Cette source est ferrugineuse et contient probablement quelques sels magnésiens, on en faisait beaucoup usage autrefois ; elle est complètement abandonnée aujourd’hui.

9 Mémoire cité dans l’introduction, page XXXIII.

Réf : http://www.geolales.net/Dumas-pdf/chap-I_II.pdf


En tous cas, on a très certainement affaire à une « baume de l’eau », souvent qualifiée de mine d’eau ou de puits horizontal : la galerie clairement artificielle était destinée à recueillir le goutte à goutte des infiltrations en suivant une fissure (mini-faille dite caral = ornière), parfois même un vrai écoulement souterrain. Difficile pour moi de donner un avis sans voir : si le puits terminal est de forme régulière, cuvelé etc., il a été creusé depuis le haut mais s’il est très irrégulier, contient le plan de faille… c’est un fontis de voûte simplement déblayé.

Les deux autres photos correspondent également à des baumes de ce genre mais moins aménagées ; il en a été creusé des milliers dans la région entre 1850 et 1914. Le mur du fond peut correspondre à la fois à un réservoir et à une protection pour éviter que des animaux n’aillent souiller une ressource alimentaire précieuse.   

En effet, l’ancien occitan bòrnha (prononcer  borgnŏ) correspond au canal d’un aqueduc ; le diminutif bornèl  (bournel) est conservé au sens de conduite d’eau en français régional.

Je pense que les « gourdes » dont tu me parles sont surtout … tes oreilles ! car le mot que tu as entendu doit être « gourgue », dont le sens bien connu est celui de bassin-réservoir. Etymologiquement, l’oc. gorga est le féminin augmentatif de gorg, prononcer gour, mot qui désigne normalement un trou d’eau dans un ruisseau ou une rivière : du latin gurgus qui signifie et a donné gouffre et est passé en français spéléologique vers 1900.
La plupart des « gourgues » sont de simples « piscines » mais certaines peuvent être couvertes ou en partie souterraine.

Une « queue de renard » qui bouche un conduit, c’est un gros paquet de racines qui finissent souvent en plus par retenir de la terre etc .

Sur Vmap, il n’y a que ce que les spéléos y ont mis et comme au beau milieu des micaschistes cévenols ils ne sont pas bien nombreux !

Tu as quelques galeries pour le fer accessibles près de Saint-Roman de Tousque. Attention, celles ~1km au SO du village sont bien situées mais celles ~2 km au sud, près du mot Saint-Roman mal placée ; par contre les coordonnées données sur la fiche sont bonnes : elles sont à côté des précédentes.

Bien à toi

Michel

Laisser un commentaire