4 grottes sinon rien !

Samedi 28 avril, la sortie était programmée, avait été annoncée et c’est donc tout naturellement que nous nous sommes retrouvés Manuella et moi à 14h pour une virée dans le nord. L’objectif consistait à visiter des parties de la grotte de la Barbette que nous ne connaissions pas et de repérer l’Aven de la Buse.

Sur le parking on s’équipe. A priori l’aven de la Buse devait être équipé en fixe mais nous décidons d’embarquer 2 cordes et quelques mousquifs dans le kit au cas où. La descente du ressaut ne pose pas de problème. On farfouille et on équipe, pas de corde ici. Naturellement nous descendons sur le « puit bouché » et trouvons l’étroiture menant au P18. Manuella s’engage dans le laminoir qui suit et m’annonce que si c’est broché, point de corde ici non plus… Nous n’avions pas de quoi équiper tous les fractios et nous décidons de remonter et de revenir bientôt (le samedi 20 mai) avec tout le matériel nécessaire pour enchainer (Quelqu’un a peut-être une fiche d’équipement ?). TPST 1h30

Sur ce nous filons à la Barbette voisine et attaquons la série d’étroitures vers le réseau de la diaclase. Nous en enchainons plusieurs avant d’arriver un passage bas que je n’hésite pas à qualifier d’étroiture (petite) voute mouillante peu engageante, nous revenons en arrière et enchainons la grotte. Après le ressaut, à droite, un chantier est en cours, une désob fort étroite que nous laissons à sa place. Nous faisons quelques photos et montons vers LE laminoir. Manuella avance jusqu’à la petite salle quelques mètres plus loin, je m’engage, je passe mais pas à l’aise du tout je recule (zut). Nous remontons et jetons un coup d’oeil à l’équipement nécessaire pour descendre dans le puit central de la cavité, quelques vieux spits ne nous donnent pas trop envie, on sort. TPST 2h

Sur la route du retour nous décidons de faire un crochet par Sauvas et sa Goule. on s’équipe light (botte, casque) et descendons jusqu’à la vasque qui bloque le passage. Quel volume ! Il faudra revenir avec des palmes et un tuba à la belle saison.

Allez on s’casse ! Ah mais je crois qu’il y a une cavité pas loin, l’aven… Martin. Pas d’infos mais sa position sur mon GPS, let’s go. Après un bartassage intensif dans un lapiaz très vert nous trouvons le puit. Nous arrivons coté aplomb mais en faisant le tour on peut désescalader, en bas une échelle de piscine vissée permet de passer le dernier ressaut. Le puit d’une petite dizaine de mètres est superbe, couvert de mousses, en bas un chaos de blocs importants et ça file. On s’engage. Une désob à gauche, un autel au fond et ça file un peu à droite, on est en short. On reviendra.

Retour sur la route, les oiseaux chantent, le soleil se couche, on est crades mais contents !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *