La cavité de la buse

Enfin  j’allais savoir… J’allais savoir ce qui se cachait derrière la trappe de l’entrée de la cavité de la Buse. Je l’avais en tête depuis quelques années, depuis que Michel m’en avait parlé au détour d’une conversation. Pas moyen jusqu’à maintenant de la mettre au programme spéléo. J’ai demandé des renseignements ; on m’a parlé de grandes verticales, d’étroitures féroces, mais à quoi ressemble-t-elle, quelle est sa morphologie, son squelette ? Mystère…

Et là il y avait une date, le dimanche 20 mai 2018 et il y avait des comparses. Ce furent Erwan, Clément, Yohan et Patrice.

Pas de marche d’approche, une petite désescalade en opposition suivi d’une étroiture qu’on avait déjà localisée lors d’une précédente tentative d’exploration quelques semaines auparavant avec Clément. Mais cette fois-ci nous avions fait le plein de cordes et de mousquetons pour ne pas être pris par le dépourvu et par le premier puits de 18 mètres. Ce fut Clément au commande de l’équipement.

Quelques méandres plus loin, une chatière et la fameuse étroiture avec le passage de kits. Un repas fut pris, sur la lancée, dans «la grande salle ». Puis des grands volumes, le saut dans le vide pour se frotter au puits de 54 mètres, les « qu’est ce que je fous là » lorsque prise par mon appréhension habituelle des puits je me décidais à penduler après avoir bien vérifié mon accrochage à cette « satanée corde » que je vénère bien sûre…  et le réseau supérieur avec ces superbes sculptures de calcites.

Puis la descente du puits, l’aide psycho-phylo-socio-logique et oui je dis bien psycho-phylo-socio-logique de Yohan face à cette corde très filante, et ce fut le retour sur terre sous terre.

Puis, un début d’équipement de la vire permettant l’accès à la « salle du chat », un coup de fatigue de notre équipeur, une chute de la poignée et nous disons stop à cette belle virée souterraine. Encore quelques coups de main réciproques au retour et nous redescendons la trappe d’entrée de la cavité de la buse.

Affaire à suivre…

Manuella

 

Aven Sabot, aven Dugas ( ville de Banne – Ardèche )

Dimanche 25 mars 2018, Clément et moi voulions encore goûter à l’aventure des cavités de l’Ardèche avec l’appui du livre « Paiolive Souterrain ». Après avoir mis Michel et Patrice dans le coup, nous voici tous les quatre partis dans le vaste réseau autour de Banne; deux cavités dans notre ligne de mire : l’aven du Sabot et l’Aven Dugas.

Grace à la mémoire de Michel et le GPS de Clément, l’entrée de l’aven du Sabot fut très rapidement devant nos yeux. Là, une boite à lettres en guise de porte nous attendait.

Quelques chatières plus tard ce fut un petit puits  de 10 mètres qui nous tendait les bras. Michel posa deux amarrages naturels et nous étions prêts à nous encordés pour découvrir la salle de la Draperie.

A partir de cette salle, le parcours fut plus glaiseux… argileux… très BOUEUX : une montée de rocher en rocher, une étroiture et nous voici dans le réseau supérieur de l’Aven. Mais où et comment accéder à la seconde salle de l’aven, la salle du Mastodonte ?

Michel me fit la courte échelle mais  la boue me rattrapa aux baskets et nous abdiquions sans toutefois abandonner définitivement la partie : affaire à suivre en saison plus sèche.

L’aven Dugas fut, lui, également, très rapidement repéré : petite entrée suivie d’une étroiture avant d’accéder à une vire donnant sur un puits d’une quinzaine de mètres. Michel opta pour un amarrage naturel. La question épineuse du moment fut comment mettre la déviation de manière cohérente pour éviter le frottement de la corde contre la paroi. Patrice fit un premier essai, Clément un deuxième et enfin Clément un troisième en transformant la déviation en fractionnement.

La remontée du puits fut tour à tour, personne après personne, ponctuée par un « c’est joli » ; est-ce cela la pensée collective ?

A la sortie, le soleil était toujours présent et la bière nous attendait calmement dans le coffre de la voiture. Ce fut un bel après-midi.